Accueil » 1939-1945 » La Déportation

La déportation

Vous recherchez des informations sur une victime du régime nazi ? Cette page consacrée aux Archives Arolsen peut vous aider.

Les camps dans le Loir-et-Cher et la région

Lamotte-Beuvron
Lamotte-Beuvron

A Lamotte-Beuvron le  sanatorium des Pins sert à héberger des réfugiés espagnols de février à septembre 1939.
Le 2 mars 1942, 105 Juifs en provenance du camp de Poitiers y sont enfermés.
Le 27 juillet 1942, 98 personnes sont emmenées au camp de Pithiviers. Le 31 juillet, 52 adultes et adolescents sont déportés à Auschwitz. Le 3 août 1942, treize femmes partent à leur tour pour Auschwitz. Les autres sont envoyés au camp de Drancy.
Le 17 août 1942, 4 femmes et  3 enfants sont déportés à Auschwitz et gazés dès leur arrivée.
Le 19 août 1942, 6 femmes et 6 enfants seuls sont déportés et gazés.

Ferrand Gérard, Camps et lieux d’internement en région Centre, Editions Sutton, 2006

Auschwitz

Auschwitz-Birkenau,  le plus grand des camps de concentration et d’extermination établis sur le sol polonais, sert à la fois de camp de travail et de site d’extermination rapide pour les Juifs.
Choisi pour être le lieu central de l’annihilation du peuple juif, il est équipé de plusieurs structures d’extermination ainsi que de fours crématoires. L’extermination se fait au moyen d’un gaz du nom de Zyklon B, une substance qui a déjà été testée sur des prisonniers de guerre soviétiques.

Des documents sur cette page

Des Juifs soumis à la sélection sur le quai d'Auschwitz-Birkenau

Buchenwald

Buchenwald
Buchenwald - Une remorque chargée de cadavres

Photo ci-contre : Gros plan d’une remorque, chargée de cadavres de prisonniers décédés, dans la cour du crématoire. (Photo: Walter Chichersky, U.S. Signal Corps, 16 avril 1945.)

Camps de la mort : que savaient les Alliés ?

La question s’est souvent posée. Elle est l’objet de documentaires, livres et articles.
Les documents sont aujourd’hui accessibles à chacun : l’extermination de masse n’était pas un secret.
Des documents sur cette page.
Et il y a ceux qui nient les faits. La première publication négationniste en France date de 1948 !
« Il est important que les thèses mensongères (des négationnistes) soient dénoncées et privées de toute crédibilité ». (Simone Veil)
Cette page pour y contribuer.

Haut de la page