Accueil » 1939-1945 » La Déportation » Ce qui se savait

Ce qui se savait

Train de la mort
Train de la mort

El Libro Negro del Terror Nazi en Europa : Testimonios de escritores y artistas de 16 naciones, Mexico , El Libro libre, 1943
Ce livre contient notamment une gravure sur la déportation des Juifs :
« Train de la mort », gravure du Mexicain Leopoldo Mendez, 1942.
L’image surgit comme une apparition terrible. Sans doute a-t-on vu, avant de parvenir devant elle, plusieurs œuvres profondément tragiques et rageuses, pamphlets graphiques, colères en noir et blanc. Mais celle-ci, rien n’a néanmoins préparé à lui faire face. Elle est simple et se comprend à l’instant. Deux soldats de la Wehrmacht, de dos, reconnaissables à la forme de leur casque, inspectent à la lumière d’une lampe à pétrole un wagon à bestiaux. A l’intérieur, des femmes et des hommes debout ou allongés regardent les soldats. Aux voiles, aux barbes, aux chapeaux, à leurs regards, au geste de celle qui s’essuie les yeux, on sait que ce sont des juifs.
Dans un deuxième temps, on voit au second plan un groupe qu’un autre soldat fait monter dans un autre wagon. On ne peut compter combien d’autres forment ce long convoi. La fumée annonce que la locomotive est prête au départ. Les lignes anguleuses et le contraste sans demi-mesure du noir profond et du papier bistre indiquent la technique, la linogravure.
Le livre noir de la terreur nazie en Europe est paru à Mexico en 1943. La linogravure elle-même date de 1942.

L’extermination de masse des Juifs dans la Pologne occupée par les Allemands

The Mass Extermination of Jews in German Occupied Poland
Brochure publié par le gouvernement polonais en exil en 1943 pour diffuser le texte du rapport Raczyński du 10 décembre 19423,4. Il s’agit du premier document officiel d’information, auprès du public occidental, sur la Shoah en Pologne sous occupation allemande.
Cliquer sur l’image pour télécharger le document.

Membre du gouvernement polonais en exil, Szmul Zygielbojm (1895-1943) se suicida par le gaz en mai 1943 à Londres pour protester contre l’inaction des Alliés face à l’extermination des Juifs européens, peu après la défaite du soulèvement du ghetto de Varsovie.
Plus d’informations sur cette page.
Et le texte de sa dernière lettre à télécharger.

Dès août 1944, cinq mois avant la libération du camps d’Auschwitz, on pouvait lire des témoignages dans la presse française.

Cliquer sur l’image pour télécharger les articles.

Haut de la page