Biographies
Accueil » 1939-1945 » Biographies » Rudellat Yvonne

Yvonne Rudellat dite "Jacqueline"

Rudellat

Biographie

Yvonne Rudellat est née le 11 janvier 1897 à Maisons-Lafitte, près de Paris, en France. Son père est marchand de chevaux pour l’armée française. Yvonne accompagnait son père lors de ses voyages d’affaires.
Après la mort de celui-ci, elle a déménagé à Londres en 1920.
En mai 1942, alors qu’elle travaille comme secrétaire à l’Ebury Court Hotel, elle est remarquée par un agent du SOE séjournant dans l’hôtel et elle est finalement recrutée car elle avait le profil idéal.
Après entrainement elle arrive en barque sur une plage près de Cannes. Elle utilise le nom de couverture Jacqueline Gautier. Pour se rendre à Paris en train, elle passe la ligne de démarcation cachée dans le tender de la locomotive. De Paris, elle se rend à Tours et travaille pour le circuit Monkeypuzzle, où elle organise le largage d’agents et de matériel par parachute et se déplace également à vélo pour assurer la liaison avec des membres épars de la Résistance. Après l’infiltration de Monkeypuzzle par des agents allemands, elle fait équipe avec l’agent du SOE Pierre Culioli et se fait passer pour un couple marié portant le nom de Leclaire. Elle continue à organiser des parachutages.
Dans la nuit du 15 au 16 juin, deux Canadiens, Pickersgill(Bertrand) et Macalister (Valentin) sont parachutés  sur la DZ Les Arrachis, proche de Meusnes, à 4 km au S-O de Chatillon-sur-Cher (Loir-et-Cher) à destination du sous-réseau de Pierre Culioli. Leur mission : créer un autre sous-réseau, Archdeacon, du côté de Sedan.
Ils demeurent quelques jours avec Pierre Culioli et Yvonne Rudellat près de Romorantin le temps d’améliorer les faux-papiers de Pickersgill et pour Culioli de recevoird’autres hommes et du matériel.
Le 21, c’est le départ pour Beaugency où ils doivent prendre le train pour Paris. Ils tombent sur un barrage à Dhuizon. Les Canadiens arrêtés, Pierre Culioli et Yvonne Rudellat tentent de fuir au volant de leur voiture. Ils sont capturés après une fusillade. Yvonne Rudellat, grièvement blessée d’une balle dans la tête, est transportée à l’hôpital de Blois.
Pour tenter de la protéger, les membres du personnel médical lui injecte des calmants pour la faire dormir lorsque les interrogateurs de la police allemande viennent pour l’interroger. Fin septembre 1943, elle est envoyée au Centre pénitentiaire de Fresnes, partageant sa cellule avec deux autres résistantes. Enregistrée sous le nom de Jacqueline Gautier, elle est déportée à Ravensbrück en août 1944 puis est transférée le 2 mars 1945 vers Bergen-Belsen où elle est libérée par les soldats britanniques le 5 avril. Atteinte du typhus, elle meurt le 23 ou le 24 avril 1945 et est enterrée dans une fosse commune du camp.

Recommandée pour la Croix militaire, elle ne l’a pas reçue parce qu’elle était une femme. Le titre de Member of the British Empire (MBE) lui a été décerné à titre posthume.

Bibliographie

King Stella, Jacqueline : Pioneer Heroine of the Resistance, 1990
Pennington Reina, Amazons to Fighter Pilots: A Biographical Dictionary of Military Women, 2003
Foot Michael R. D., SOE in France. An Account of the Work of the British Special Operations Executive in France 1940–1944 (1966)

Liens

Le documentaire Les Anglais dans la Résistance de L’Allinec Laurène. Voir la fiche >>

La page sur le S.O.E. >>

Documents

Le panneau qui lui est consacré au CRDM

Son nom figure parmi les 104 de la stèle de Valençay.

Haut de la page